Les personnes qui s’installent à l’étranger ne peuvent plus bénéficier de la couverture de la Sécurité sociale, et ne sont donc soumis à aucun régime obligatoire.

Mais dans ce cas, quelle assurance maladie, les expatriés français peuvent-ils souscrire ?

Les assurances maladie au premier euro

Les assurances dites « au premier euro » sont la solution d’assurance maladie la plus répandue parmi les expatriés français.

Une prise en charge des frais de santé dès le premier euro

Ces assurances prennent en charge les frais de santé dès le premier euro dépensé, d’où leur nom. Souscrire une assurance maladie dispense donc les expatriés français de toute autre couverture santé.

Un vaste choix

De nombreuses compagnies proposent des assurances au premier euro. Cela permet donc aux expatriés de choisir parmi celle qui leur convient le mieux.

De plus, elles proposent généralement de choisir les garanties souhaitées. Il est dès lors possible d’adapter le contrat d’assurance à sa situation personnelle et professionnelle, à ses besoins et au pays d’expatriation.

Des experts de l’assurance maladie internationale

Les compagnies d’assurances qui commercialisent ces offres sont souvent des spécialistes de l’assurance maladie pour expatriés. Elles proposent donc des garanties adaptées, comme une assurance rapatriement, ou la prise en charge des frais de santé en dehors du pays de résidence. par exemple, cela permet d’être couvert lors des séjours en France.

Par ailleurs, elles disposent de partenariats avec des réseaux de soins locaux dans de nombreux pays. Cela facilite les démarches pour leurs assurés et leur évitent souvent d’avoir à avancer des sommes importantes, surtout lors d’une hospitalisation.

La CFE, l’assurance maladie « publique » des expatriés français

La CFE a été créée en 1978 pour offrir une assurance maladie aux expatriés français.

Une assurance maladie facultative pour tous les expatriés français

La CFE (Caisse des Français de l’Étranger) est ouverte à tous les expatriés français et même à tous les ressortissants de l’Union européenne. En revanche personne n’est obligé d’y adhérer.

Il s’agit d’un organisme de droit privé. Mais il bénéficie d’une délégation de service public et se trouve sous la tutelle de l’État.

Pas de questionnaire médical

Le grand avantage de la CFE est qu’en raison de son statut particulier, elle ne demandera pas à ses adhérents de remplir un questionnaire médical. Par conséquent, les personnes souffrant d’une maladie préexistante ou ayant subi une opération chirurgicale lourde peuvent y adhérer sans se voir appliquer de supplément à la cotisation.

Des remboursements limités

En revanche, la CFE applique les mêmes barèmes que la Sécurité sociale en matière de remboursements. Ceux-ci correspondent donc au coût des soins en France.

Dans de nombreux pays, ce coût est bien supérieur. Aux États-Unis par exemple, une consultation chez un généraliste coûte en moyenne 80 euros, et peut dépasser les 150 euros à New York ou Los Angeles. Le remboursement de 17,50 euros de la CFE est alors largement insuffisant…

C’est pourquoi il vaut souvent mieux choisir une assurance au premier euro ou, pour les personnes qui préfèrent adhérer à la CFE, se doter d’une assurance complémentaire à celle-ci.

Les assurances maladie locales

Cette dernière possibilité concerne principalement les expatriés français qui vivent dans des pays à régime obligatoire ou qui se voient proposer une assurance maladie par leur employeur.

Les pays à régime obligatoire

Dans plusieurs pays européens, il existe un régime d’assurance maladie obligatoire comme en France. Dans ce cas, tous les résidents ou tous les salariés devront y souscrire.

La meilleure solution est alors d’adhérer à une assurance complémentaire de la même façon qu’on adhère à une mutuelle complémentaire en France.

Les assurances maladie fournies par l’employeur

Certaines entreprises proposent une assurance maladie et prennent donc en charge tout ou partie des cotisations. Dans ce cas, il est important de vérifier que cette assurance inclut bien les garanties dont vous avez besoin.

En effet, les assurances maladie locales ne prennent généralement pas en compte les particularités de la situation des expatriés français. Elle n’inclut pas, par exemple, d’assurance rapatriement ou la prise en charge des soins effectués lors des séjours en France.

Il est donc parfois plus judicieux de souscrire une assurance au premier euro, ou bien de choisir une formule qui complète l’assurance maladie proposée par l’entreprise.