L’assurance expatrié au 1er euro est une des options possibles pour les Français partant s’installer à l’étranger. Bonne ou mauvaise idée, nous vous livrons ici quelques clés pour vous aider à faire votre choix.

Qu’est-ce qu’une assurance expatrié au 1er euro ?

Pour bien comprendre les spécificités d’une assurance expatrié au 1er euro, il faut d’abord comprendre ce qu’est la CFE, la Caisse des Français de l’Étranger.

La CFE, la sécurité sociale pour expatriés

La CFE est un organisme de droit privé chargé d’une mission de service public. Il n’est pas obligatoire d’y souscrire. Elle est ouverte à tous les Français expatriés, quel que soit leur statut.

La CFE propose différents contrats d’assurance maladie, risques professionnels et vieillesse. Les remboursements des frais de santé se font selon le même système que la Sécurité sociale, et sur les mêmes bases tarifaires.

Être adhérent à la CFE permet de maintenir un lien administratif avec la Sécurité sociale. Ainsi, l’expatrié retrouve son affiliation dès son retour en France. De plus, il peut continuer à cotiser pour sa retraite s’il a adhéré à l’assurance vieillesse de la CFE.

Les assurances complémentaires à la CFE

De nombreuses compagnies d’assurance proposent une couverture complémentaire à la CFE, qui fonctionne alors un peu comme les mutuelles françaises. Certaines disposent même d’accords privilégiés avec la CFE, pour une gestion administrative plus fluide.

Cette solution permet de bénéficier de remboursements plus élevés et plus conformes aux tarifs pratiqués dans des pays où les soins sont particulièrement chers, comme aux États-Unis ou en Suisse.

De plus, les complémentaires proposent souvent des garanties plus vastes que la CFE, comme l’assurance rapatriement.

En revanche, la souscription à la CFE est indispensable pour adhérer à ces complémentaires. Or, depuis sa récente réforme, les tarifs de la CFE ont augmenté pour de nombreux adhérents alors que les remboursements restent les mêmes.

L’assurance expatrié au 1er euro

A la différence des complémentaires, une assurance expatrié au 1er euro n’implique aucune autre adhésion obligatoire. Ainsi, une seule société gère intégralement l’ensemble des prestations et des remboursements.

Elle prend donc en charge les frais de santé de l’adhérent dès le 1er euro dépensé, d’où son nom.

Avantages et inconvénients de l’assurance expatrié au 1er euro

Entre l’assurance complémentaire et l’assurance au 1er euro, il est difficile de dégager une « meilleure » solution. Le choix dépend de la situation de l’assuré, de la durée et du pays d’expatriation, du type de couverture recherchée et des préférences en termes de gestion.

Les avantages de l’assurance expatrié au 1er euro

Le principal avantage de l’assurance au 1er euro est, comme on l’a vu, sa simplicité de gestion. Un seul interlocuteur, un seul contrat, et des remboursements plus rapides.

De plus, l’adhésion à la CFE n’étant pas nécessaire pour ce type de contrat, les personnes qui ne remplissent pas les conditions nécessaires peuvent y souscrire.

En outre, pour ceux dont l’expatriation a vocation à être longue, le maintien d’un lien administratif avec la France peut s’avérer plus encombrant que bénéfique.

Par ailleurs, les garanties offertes par une assurance expatrié au 1er euro sont généralement plus flexibles que celles des complémentaires à la CFE. Les personnes ayant des besoins ou demandes spécifiques y trouveront sans doute satisfaction.

Les inconvénients de l’assurance au 1er euro

Étant donné qu’une assurance au 1er euro prend en charge les frais de santé dès le 1er euro dépensé, le montant des cotisations est parfois plus élevé que celui des complémentaires CFE.

Le seul autre véritable inconvénient de l’assurance au 1er euro est qu’elle implique la rupture du lien administratif avec la Sécurité sociale française. L’assuré devra donc, en cas de retour en France, effectuer les démarches nécessaire à une nouvelle affiliation.