Partir à l’étranger avec la bonne assurance maladie

partir-etranger-assurance-maladie

Sommaire

Partir à l’étranger sans se préoccuper de son assurance maladie serait une erreur !

À l‘international, un petit imprévu peut coûter cher, et les situations plus graves pouvant nécessiter une hospitalisation ou un rapatriement peuvent devenir de véritables gouffres financiers.

Dans ces cas-là, inutile de compter sur la Sécurité sociale, qui ne remboursera partiellement et a posteriori les dépenses de santé que dans des circonstances exceptionnelles et dument justifiées.

Dans ces conditions, comment partir à l’étranger en étant sûr de son assurance maladie ?

La CEAM : une « carte vitale » européenne

La même prise en charge que les assurés locaux

La Carte Européenne d’Assurance Maladie est l’équivalent d’une carte vitale valable dans les états de l’Union européenne ainsi qu’en Norvège, Islande, Suisse et Lichtenstein.

Elle permet de partir à l’étranger avec une assurance maladie donnant un accès direct au système de santé public du pays d’accueil.

La prise en charge se fait sur simple présentation de la carte au professionnel de santé consulté, selon les mêmes conditions et tarifs que les assurés locaux.

Une carte d’assurance maladie à demander avant de partir à l’étranger

La CEAM est valable deux ans et doit être demandée avant de partir à l’étranger à sa caisse d’assurance maladie.

La carte est gratuite et individuelle : chaque membre de la famille doit avoir la sienne.

La CEAM offre une couverture maladie limitée : elle ne peut pas être utilisée en cas de soins programmés, ne couvre pas certains besoins comme l’assistance rapatriement, et ne rembourse les dépenses que sur la base des barèmes en vigueur dans le pays où les soins sont dispensés. Elle ne remplace donc pas une assurance maladie internationale.

Partir à l’étranger avec une assurance maladie au 1er euro

Des garanties sur mesure

Les contrats « au premier euro » sont particulièrement intéressants quand on veut être sûr de partir à l’étranger avec une bonne assurance maladie.

Conçus par des spécialistes de l’assurance santé internationale et déclinés en de nombreuses formules, ces contrats permettent de couvrir l’ensemble des besoins des Français voyageurs ou expatriés :

  • Les consultations
  • La pharmacie
  • Les hospitalisations et les rapatriements sont pris en charge dans le monde entier, y compris en cas de séjours occasionnels en France.

Des démarches simplifiées

Ces solutions d’assurance sont souvent reconnues pour leur bon rapport qualité-prix. Les dépenses sont prises en charge dès le premier euro engagé, et les services offerts sont généralement très satisfaisants :

  • Assistance francophone facilement joignable
  • Démarches simplifiées
  • Dispenses d’avance des frais
  • Prise en charge dans de bons réseaux de soins partenaires.

Mais un point peut cependant rendre dans certains cas ces assurances moins attractives : le questionnaire médical.

Obligatoire avant toute souscription, il peut entraîner l’application de surprimes ou des exclusions de garanties si des préexistences médicales y apparaissent.

LA CFE : une assurance utile en cas d’antécédents médicaux

Une assurance maladie sans questionnaire médical

Dans le cas d’antécédents médicaux ou de maladie chronique, partir à l’étranger avec l’assurance maladie de la CFE peut être une bonne option.

La CFE est en effet chargée d’une mission de service public qui l’oblige à fournir une assurance maladie à tout Français expatrié qui en fait la demande, sans questionnaire préalable ni restriction ou surcoût.

La CFE est aussi intéressante pour les célibataires de moins de 30 ans à qui elle permet de bénéficier d’une bonne couverture maladie et d’une assistance rapatriement en option à un tarif avantageux, ainsi que pour les retraités.

Des remboursements rarement suffisants

Les cotisations de la CFE sont calculées selon la situation familiale de l’assuré sans tenir compte de ses revenus, et augmentent suivant son âge.

Ce n’est donc pas toujours la solution la plus économique, surtout dans les pays où la santé coûte le plus cher. La CFE pratique en effet ses remboursements selon les plafonds de la Sécurité sociale française, ce qui les rend souvent insuffisants.

Il faut alors ajouter à la CFE une complémentaire souscrite auprès d’un autre organisme privé, ce qui fait augmenter le prix global de la cotisation.

Il faut aussi penser à faire sa demande d’assurance maladie CFE avant de partir à l’étranger, car en cas d’adhésion effectuée plus de trois mois après le départ de France, un délai de carence important s’appliquera.

Prenez rendez-vous avec nos experts en assurance!

Nous sommes là pour vous aider ! Une consultation gratuite permettra de répondre à toutes vos questions.

Ça aussi c'est intéressant :

Menu

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.