Couverture médicale internationale : quelle est la meilleure option ?

couverture-medicale-internationale

Sommaire

Choisir une couverture médicale internationale préoccupe souvent les futurs expatriés, car à l’étranger, le fonctionnement et les prix de la santé diffèrent souvent beaucoup du modèle français de l’Assurance Maladie.

Pour partir l’esprit tranquille et éviter les mauvaises surprises, il faut donc se poser les bonnes questions afin de faire le bon choix entre les options existantes.

À chaque situation sa solution

La couverture médicale internationale peut être prise en charge par l’employeur

Il est possible qu’un expatrié salarié bénéficie d’une prise en charge de sa couverture médicale par son employeur.

Cette solution peut-être très intéressante suivant le pays d’expatriation, mais il faut veiller à vérifier les garanties proposées, ainsi que les plafonds et les franchises prévus par le contrat.

Il est possible qu’elles ne couvrent pas parfaitement les besoins d’un expatrié, notamment si elles n’incluent pas l’assistance rapatriement ou si elles ne prennent pas en charge les soins effectués lors d’un séjour en France ou dans tout autre pays que celui où réside et travaille le bénéficiaire.

Il est aussi possible que la couverture proposée ne suffise simplement pas à couvrir les besoins de l’expatrié sur place :

  • En excluant certaines garanties
  • En pratiquant des remboursements insuffisants
  • En ne prenant pas en charge les actes médicaux du secteur privé
  • En imposant d’être soigné dans un réseau de soins spécifique
  • En ne couvrant pas tous les membres de sa famille.

Connaître les spécificités de son pays d’expatriation

Il faut aussi tenir compte du pays dans lequel doit avoir lieu l’expatriation pour faire son choix.

Dans certains pays, il existe un régime obligatoire, comparable dans le principe à l’Assurance Maladie en France, et auquel l’expatrié peut être contraint de s’affilier, même s’il a déjà souscrit une couverture médicale internationale de son côté.

En cas d’expatriation dans l’Union européenne, il faut faire une demande de CEAM (Carte Européenne d’Assurance Maladie), qui donne accès à la même prise en charge médicale que les locaux, sans démarche préalable.

Cette demande est gratuite, mais doit être effectuée auprès de sa caisse d’assurance maladie avant son départ.

La CEAM est nominative : chaque membre de la famille doit avoir la sienne.

Attention cependant, car dans les deux cas, il ne s’agit pas d’une couverture médicale internationale, et il faut envisager la souscription d’une complémentaire pour bénéficier de garanties étendues comme la prise en charge du rapatriement ou des soins hors du pays d’expatriation, ou encore pour bénéficier de meilleurs remboursements quand le système d’assurance maladie local est peu protecteur.

Dans de nombreux pays, les régimes obligatoires n’existent pas, et il faut alors de toutes façons se tourner vers une offre privée de couverture médicale internationale.

Sans assurance, l’intégralité du prix des soins est alors à la charge du patient, et certains pays ou établissements exigent une attestation d’assurance avant d’accepter de s’occuper d’un malade ou d’un blessé.

Les solutions de couverture médicale internationale

Les compagnies privées proposent de nombreuses offres de couverture médicale internationale, et la plus adaptée ne sera pas la même pour tous.

La CFE : la couverture médicale internationale historique des Français de l’étranger

La Caisse des Français de l’Étranger est l’organisme historique de couverture médicale internationale des Français.

Organisme de droit privé chargé d’une mission de service public, ses cotisations sont calculées uniquement selon l’âge et la situation familiale des assurés, ce qui peut la rendre attractive pour les jeunes de moins de 30 ans qui bénéficient également d’une assurance rapatriement en option, ou les retraités.

Ces cotisations sont par exemple de 90 euros par trimestre pour un célibataire de moins de 30 ans (offre la moins chère), à 1071 euros pour un assuré de plus de 60 ans et ses ayants droits.

Ces tarifs sont déclinés en offres « solo » et « famille » suivant 8 tranches d’âge distinctes.

Il est possible de faire une demande d’aide forfaitaire au paiement de cette cotisation sous conditions de revenus auprès de son consulat.

La CFE est surtout intéressante les personnes souffrant de maladies chroniques ou d’antécédents lourds, car contrairement aux autres compagnies d’assurance, elle est tenue d’accepter l’adhésion de tout Français qui en fait la demande, sans questionnaire de santé, surprime ni exclusion de garanties.

Cependant, la CFE seule n’est pas une solution de couverture médicale internationale satisfaisante dans de nombreux pays où le prix des soins est élevé.

Elle rembourse en effet selon les mêmes barèmes que la Sécurité sociale Française, ou selon un pourcentage variable du coût réel des soins.

Une consultation est ainsi remboursée sur la base de 25 euros, alors qu’elle peut être facturée plus de 50 euros dans certains pays.

La différence reste à la charge de l’assuré.

Les montants versés sont faibles et nécessitent le recours à une complémentaire souscrite auprès d’un autre organisme spécialiste de la couverture médicale internationale pour pouvoir bénéficier de meilleurs remboursements, mais aussi de garanties plus complètes.

L’offre CFE est en effet très limitée et peu flexible (il n’y a pas, par exemple, d’assistance rapatriement).

Ces complémentaires sont commercialisées par des compagnies privées tierces.

Il est possible d’y souscrire sous forme de pack tout-en-un ou de contrats soumis à un partenariat entre l’assureur privé et la CFE, mais il arrive aussi que l’offre la plus intéressante ne soit couverte par aucun de ces avantages.

Il faudra alors gérer deux contrats distincts, et donc multiplier ses démarches auprès de deux interlocuteurs.

Les offres au 1er euro : des solutions flexibles

Les contrats au 1er euro sont la solution de couverture médicale internationale la plus populaire chez les Français expatriés en raison de leurs bon rapport qualité-prix et de la flexibilité des formules proposées.

Des offres spécialisées sur certaines destinations, pour les étudiants ou les PVTistes existent, et il est possible de souscrire des garanties spécifiques selon les besoins de chacun, et ainsi de bénéficier d’une couverture complète, bien au-delà des frais de santé.

Ces solutions prennent en charge les dépenses de santé dès le premier euro engagé et à hauteur du coût réel des soins partout dans le monde (même en France) et sont indépendantes de toute autre couverture médicale, même si elles ne dispensent pas d’être en règle vis-à-vis du régime obligatoire d’assurance maladie local (affiliation et paiement des cotisations)

Les compagnies qui commercialisent ces solutions sont spécialisées dans l’assurance internationale, ce qui leur permet de faire bénéficier à leurs assurés d’une prise en charge optimale dans des réseaux de soins partenaires, et de bénéficier souvent, en plus de remboursements adaptés, d’un tiers payant hospitalier.

La gestion du contrat et les démarches se font en français pour plus de facilité, et des conseillers francophones sont facilement joignables partout dans le monde.

Les offres au 1er euro ont cependant un défaut principal : le questionnaire médical est obligatoire à l’adhésion, ce qui peut entraîner certaines exclusions de garanties ou des majorations de la cotisation.

Pour choisir la meilleure couverture médicale internationale selon sa situation, pour estimer le prix de sa future couverture médicale internationale, ou pour trouver un contrat plus avantageux que celui déjà souscrit, il ne faut pas hésiter à faire une demande de devis gratuite ou à utiliser un comparateur en ligne.

Ce sont des démarches simples et rapides qui permettent de faire son choix efficacement.

Questions fréquentes sur la couverture médicale internationale

L’employeur prend-il en charge la couverture médicale internationale de ses salariés ?

Il est possible qu’un expatrié salarié bénéficie d’une prise en charge de sa couverture médicale par son employeur.

Cette solution peut-être très intéressante, mais il faut veiller à vérifier les garanties proposées suivant le pays d’expatriation, ainsi que les plafonds et franchises prévus par le contrat, notamment si elles n’incluent pas :

– L’assistance rapatriement
– La prise en charge des soins effectués lors d’un autre pays que celui de résidence.

Qu’est-ce que la CEAM

La CEAM (Carte européenne d’assurance maladie) est utilisée en cas de séjour temporaire sur le territoire d’un État membre de l’Union Européenne autre que son pays d’origine.

La CEAM est valable quelle que soit la nature du séjour :

– Vacances
– Séjour professionnel
– Séjour linguistique
– Etc.

Elle est également valable quel que soit le statut du titulaire de la carte :

– Travailleur
– Pensionné
– Chômeur
– Étudiant
– Etc.

Quelles sont les solutions de couverture médicale internationale ?

Il existe deux solutions de couverture médicale internationale :

– Les assurances « au premier euro ». Avec un bon rapport qualité/prix et un remboursement dès le premier euros dépensé, elles sont souvent conseillées malgré le questionnaire médical qui peut engendrer des exclusions de garanties
– La CFE. Sans questionnaire médical, elle doit accepter toutes les demandes. En revanche, les remboursements sont faibles car basés sur les plafonds de la Sécurité sociale français ce qui la rend peu intéressante sans complémentaire.

Prenez rendez-vous avec nos experts en assurance!

Nous sommes là pour vous aider ! Une consultation gratuite permettra de répondre à toutes vos questions.

Ça aussi c'est intéressant :

Menu

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.