Quel est le prix d’une assurance internationale ?

assurance-internationale-prix
Le prix d’une assurance internationale peut faire hésiter avant de souscrire. Mais pas question non plus de compter sur la chance en se disant que les problèmes de santé à l’étranger n’arrivent qu’aux autres.

Sommaire

Le prix d’une assurance internationale peut faire hésiter avant de souscrire.

Mais compter sur sa Sécurité sociale ou sur les régimes locaux pour sa protection lors d’un voyage ou d’une expatriation est illusoire, car ils ne couvriront pas les risques propres aux séjours à l’étranger (rapatriement, bagages perdus, responsabilité civile) et suffiront rarement à couvrir l’ensemble des frais médicaux.

Et pas question non plus de compter sur la chance en se disant que les problèmes de santé à l’étranger n’arrivent qu’aux autres.

La santé au prix fort

La santé se paie souvent au prix fort à l’étranger

La France se classe 32ème sur 50 pays dans le monde pour le prix moyen des médicaments, ce qui signifie que dans la majorité des pays, il faudra dépenser plus pour se soigner. Le constat est le même pour tout ce qui touche à la santé : consultations, hospitalisations, examens sont souvent bien plus couteux à l’étranger qu’en France.

À titre d’exemple, le tarif moyen de consultation chez un généraliste est de 40 euros au Japon, et de 80 aux États-Unis. Pour voir un spécialiste, il faut compter 90 euros au Canada, et 135 en Grande-Bretagne.

La facture explose en cas d’hospitalisation, avec une moyenne de 11,000 euros en Chine et de 22,000 aux États-Unis, pays le plus cher au monde en matière de santé.

Dans le pire des cas, s’il n’est pas possible d’être soigné sur place, un rapatriement nécessite de payer en urgence, et donc plein tarif :

  • Des billets d’avion pour le malade et ses proches
  • L’appareillage médical
  • Le transport en ambulance si besoin.

Si le retour doit se faire en transport sanitaire, alors il faudra compter environ 40,000 euros !

La sécurité sociale ne couvre pas les Français à l’étranger

La sécurité sociale française ne prend jamais en charge ces frais de rapatriement. D’ailleurs, elle ne couvre pas non plus les dépenses de santé des Français expatriés, sauf s’ils sont travailleurs détachés.

Pour les séjours de moins de 3 mois à l’étranger, il arrive que la sécurité sociale prenne en charge une partie des frais médicaux des assurés, sous conditions, sur présentation de justificatifs, et à la demande du patient qui doit d’abord avancer l’intégralité du coût de ses soins.

Mais ces remboursements sont facultatifs et restent exceptionnels. Dans la plupart des cas, l’intégralité des dépenses de santé sont donc à la charge du patient français qui séjourne à l’étranger.

Quant aux régimes d’assurance maladie locaux auxquels les expatriés peuvent s’affilier, ils sont de qualité très variable et souvent insuffisants. Surtout, ils ne couvrent jamais les rapatriements, ni les soins de santé reçus lors de séjours hors du pays, y compris en France.

Dans ces conditions, il est inenvisageable de partir sans une bonne assurance internationale, qui permettra de couvrir une grande partie des frais de santé de l’assuré dans le monde entier, dans le secteur public comme privé, et offrira des services de gestion et d’assistance très utiles.

Pour la payer au meilleur prix, il est indispensable de comparer les offres disponibles. La solution la plus simple pour cela est d’utiliser un comparateur en ligne, qui permettra d’obtenir des devis et des garanties détaillées.

Les contrats au 1er euro : des formules d’assurance internationale à prix flexibles

Une gestion simplifiée

Les offres dites « au 1er euro » sont proposées par des compagnies spécialistes de l’assurance internationale.

Elles proposent une prise en charge des frais de santé dès le premier euro dépensé, et cela indépendamment de tout autre régime d’assurance, même lorsque l’assuré est affilié au régime local obligatoire, ce qui permet de centraliser les démarches et simplifie la gestion du contrat.

Il est ainsi possible de se faire soigner sans comprendre toutes les spécificités du système de santé local, et sans maîtriser parfaitement la langue du pays puisque les démarches sont réalisées en Français.

Ces assurances permettent de contacter facilement et partout dans le monde des conseillers francophones connaissant bien les systèmes de santé français et étrangers ainsi que les problématiques spécifiques des voyageurs et des expatriés, par l’intermédiaire d’applications mobiles ou de plateformes dédiées.

La bonne implantation de ces compagnies à l’international permet aussi souvent de bénéficier de partenariats avec des bons réseaux de soins locaux pour une prise en charge améliorée, ainsi que d’avantages comme le tiers-payant en cas d’hospitalisation.

Le prix de l’assurance internationale varie en fonction des garanties

Il n’est pas possible de donner le prix d’une telle assurance internationale, car il dépendra de :

  • Chaque situation
  • La durée du contrat
  • Du nombre de personnes à assurer
  • Leur âge
  • Leur état de santé
  • Du niveau de garanties couvertes.

Des formules adaptées aux étudiants, aux expatriés ou aux voyageurs existent, ainsi que des contrats spécifiques pour certaines pays ou zones géographiques. Il est possible de personnaliser sa couverture selon ses besoins, en incluant des garanties indispensables en dehors du domaine de la santé, en ajoutant par exemple :

  • Des garanties contre le vol ou la perte des bagages et des papiers d’identité
  • Une couverture en cas de pratique de sports considérés à risque
  • Une assurance annulation pour ses billets d’avion.

Un questionnaire médical est cependant exigé à l’adhésion et pourra engendrer des exclusions de garanties ou une surprime en cas d’antécédents médicaux, de maladie chronique, ou au-delà d’un certain âge.

Pour obtenir le prix d’une telle assurance internationale, un devis est nécessaire, mais il s’agit d’une solution flexible qui présente souvent un très bon rapport qualité-prix et est en général appréciée des assurés.

La CFE : l’assurance internationale historique

Un organisme privé chargé d’une mission de service public

La Caisse des Français de l’Étranger est un organisme d’assurance internationale privé chargé d’une mission de service public, chargée de fournir une assurance santé aux Français et aux ressortissants de l’Union Européenne résidant à l’étranger.

Contrairement aux autres compagnies, elle est tenue d’accepter toute demande d’adhésion, sans questionnaire de santé et donc sans majoration de la cotisation ni exclusion de garantie. Il n’y a aucune obligation d’adhérer à la CFE quand on réside à l’étranger.

La CFE propose des contrats couvrant les frais de santé des assurés à l’étranger et en France, avec des offres spécifiques pour les moins de 30 ans, les retraités et les expatriés qui bénéficient déjà d’une couverture maladie dans leur pays de résidence mais souhaitent être couverts lors de séjours en France.

Les formules de base de la CFE offrent des garanties limitées, et sont peu flexibles, à l’exception d’une option rapatriement disponible uniquement pour les moins de 30 ans célibataires, et d’un pack indemnités journalières/invalidité/capital décès pour les salariés.

Il est également possible de souscrire en plus une assurance « retraite » et une assurance « risques professionnels ». Mais pour une couverture plus large, y compris hors du domaine médical, il faudra ajouter à son assurance CFE une complémentaire auprès d’un organisme tiers.

Cette démarche est souvent indispensable car la CFE pratique des remboursements assez faibles. La prise en charge de certaines prestations est indexée sur les barèmes de la Sécurité sociale, ce qui veut dire, par exemple, qu’une consultation chez le généraliste sera remboursée au même tarif qu’en France, même si elle est facturée le double à l’étranger.

D’autres prestations, comme par exemple les hospitalisations, sont remboursées suivant un pourcentage du coût réel des soins. Ces taux varient suivant la zone de résidence de l’expatrié : il sont par exemple plus intéressants en Inde qu’aux États-Unis, où la santé coûte pourtant beaucoup plus cher.

Dans les deux cas, compte tenu des prix pratiqués à l’étranger, cette couverture seule est insuffisante et la complémentaire indispensable, mais elle fait monter le prix global de l’assurance internationale.

Les complémentaires font augmenter le prix de l’assurance internationale CFE

Les cotisations de la CFE sont calculées indépendamment des revenus, selon la tranche d’âge et la situation familiale de l’adhérent :

  • Tarif Solo
  • Tarif Famille à partir de deux assurés.

En cas de faibles ressources, une cotisation trimestrielle forfaitaire de 201 euros peut être obtenue. Pour plus de détails, voici quelques exemples de cotisations trimestrielles tirés de la grille tarifaire :

  • Moins de 30 ans : 90 euros (Solo), 270 euros (Famille)
  • 30 à 34 ans : 213 euros (Solo), 435 euros (Famille)
  • 50 à 54 ans : 396 euros (Solo), 774 euros (Famille)
  • Plus de 60 ans, 600 euros (Solo), 1071 euros (Famille)

À ces cotisations, il faut donc ajouter le prix de la complémentaire qui variera selon les garanties et l’organisme d’assurance internationale choisis, et ne pourra être connu que par une demande de devis. Quand c’est possible, il vaut mieux opter pour un « pack tout-en-un » qui inclut l’offre de base CFE et la complémentaire.

Ce type de formule est bien plus confortable et plus facile à gérer : il évite la multiplication des démarches auprès de la CFE et de l’organisme gestionnaire de la complémentaire puisque tout est centralisé par la Caisse des Français de l’Étranger.

Quel est le prix moyen d’une consultation chez un généraliste en dehors de la France ?

Le tarif moyen d’une consultation chez un généraliste est très variable.
Il est par exemple de 40 euros au Japon alors qu’aux États-Unis, le tarif moyen est de l’ordre de 80 euros.

A combien s’élève le tarif moyen d’une consultation chez un spécialiste en dehors de la France ?

Là encore, les tarifs sont très variables. Pour voir un spécialiste en dehors de la France, il faut compter par exemple 90 euros au Canada et 135 en Grande-Bretagne.

Quels sont les pays où l’hospitalisation est la plus chère ?

Le pays le plus cher en matière de santé sont les États-Unis, avec en moyenne 22 000 euros pour une hospitalisation.

La Chine vient après avec une moyenne de 11 000 euros.

Que faire en cas d’hospitalisation à l’étranger ?

Dans le pire des cas, s’il n’est pas possible d’être soigné sur place, un rapatriement nécessite de payer en urgence, et donc plein tarif :

– Des billets d’avion pour le malade et ses proches
– L’appareillage médical
– Le transport en ambulance si besoin.

Si le retour doit se faire en transport sanitaire, alors il faudra compter environ 40,000 euros !

Prenez rendez-vous avec nos experts en assurance!

Nous sommes là pour vous aider ! Une consultation gratuite permettra de répondre à toutes vos questions.

Ça aussi c'est intéressant :

Accepter une offre d’emploi en vue d’une expatriation peut être à la fois très tentant, et un peu angoissant. L’idée de partir à l’autre bout du monde soulève à la fois des espérances, mais c’est aussi un bouleversement important qu’il est essentiel de bien anticiper.

Menu

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.