Assurance maladie et rapatriement : mieux vaut ne pas les négliger

assurance-maladie-rapatriement

Sommaire

Pour un voyage ou une expatriation, mieux vaut prévoir une bonne assurance maladie et rapatriement, même quand on est déjà couvert par un système de santé local.

L’assurance privée internationale est alors un allié de choix.

Explications.

Pourquoi souscrire une assurance maladie et rapatriement ?

La santé à l’étranger : un coût à ne pas négliger

Ce n’est pas une idée reçue : la santé coûte cher à l’étranger.

Dans certains pays, comme les États-Unis, une simple consultation chez un généraliste représente déjà en soi un coût conséquent, sans parler des actes médicaux plus spécialisés dont les prix peuvent s’envoler.

Et même dans les pays où les tarifs pratiqués restent raisonnables, le moindre imprévu peut rapidement coûter très cher, en particulier une hospitalisation.

Sans assurance, il faudra payer l’intégralité de la facture et même souvent déposer une caution pour pouvoir être pris en charge.

Quant au rapatriement, il n’arrive pas qu’aux autres, et son coût monte très vite : autour de 40000 euros pour un rapatriement en avion sanitaire, sans compter le temps passé pour effectuer les démarches administratives préalables.

Et pas question de compter sur la Sécurité sociale, qui ne rembourse que très partiellement et exceptionnellement les dépenses de santé faites à l’étranger, dans des conditions très limitées.

Les assurances maladie locales sont trop restreintes

Les expatriés affiliés à un régime d’assurance santé locale, ou les voyageurs munies d’une assurance liée à leur carte bancaire peuvent penser que ces solutions sont suffisantes pour les couvrir en cas d’imprévus.

Mais dans un cas comme dans l’autre, c’est souvent faux.

Les assurances des cartes bancaires appliquent des franchises et des plafonds qui peuvent ne pas suffire à couvrir les frais engagés, et leurs garanties ne s’appliquent pas dans tous les cas (durée du voyage, exclusions de garanties, etc.).

Quant aux assurances locales, elles ont pour principal défaut de ne pas prendre en charge l’assistance rapatriement, et de ne pas suivre l’assuré hors des frontières de son pays d’expatriation : les soins reçus en France où lors de séjours à l’étranger ne sont pas couverts.

Comment bien choisir son assurance maladie et rapatriement ?

Ce qu’il ne faut pas négliger

Une bonne assurance maladie et rapatriement peut inclure de nombreuses garanties complémentaires comme la protection des bagages ou l’assistance juridique, mais elle doit en priorité assurer une prise en charge optimale des hospitalisations et rapatriements, qui sont les procédures les plus coûteuses, les plus urgentes, et celles qui nécessitent le plus de démarches.

Il faut donc vérifier le niveau de couverture prévu pour ces deux risques, et idéalement pouvoir bénéficier de la dispense d’avance des frais hospitaliers.

Les compagnies françaises d’assurance internationale : un gage de sécurité

Pur souscrire une assurance maladie et rapatriement, il est fortement conseillé de se tourner vers une compagnie française spécialiste de l’assurance internationale.

C’est la garantie d’un contrat protégé par le droit français, mais aussi conçu par des professionnels pour être facilement compréhensible et gérable, pour répondre au mieux aux besoins des voyageurs et des expatriés.

 

L’expertise de ces compagnies leur permet de faire bénéficier leurs adhérents de partenariats avec des professionnels et des réseaux de soin locaux. Elles doivent proposer une plateforme ou une application en ligne permettant de joindre facilement et à tout moment des conseillers francophones depuis le monde entier, et être en mesure de mettre en place la logistique nécessaire en cas d’urgence.

La meilleure assurance maladie et rapatriement n’est pas la même pour tout le monde

LA CFE : une assurance maladie sans rapatriement inclus

L’assurance maladie et rapatriement qui vous conviendra le mieux dépendra en grande partie de votre situation personnelle (lieux de séjour, besoins particuliers, nombre de personnes à assurer et situation professionnelle).

Pour les expatriés, la CFE est bien connue et permet de conserver un lien avec la Sécurité Sociale. Elle est dans l’obligation d’accepter toute demande d’adhésion sans surprime ni exclusion de garantie, ce qui en fait une solution appréciable pour les personnes souffrant de préexistences médicales.

Mais la faiblesse relative de ses remboursements et l’absence d’assurance rapatriement dans son offre nécessitent la souscription d’une complémentaire auprès d’une autre compagnie, ce qui fait augmenter le coût global de l’assurance maladie et rapatriement et multiplie les démarches.

Les contrats au 1er euro : bon rapport qualité-prix, mais attention au questionnaire médical

Dans bien des cas, une assurance dite « au 1er euro » ou « au 1er dollar » est la solution la plus recommandée.

La flexibilité et la variété de ces formules permet de souscrire un contrat presque sur mesure, avec un rapport qualité-prix qui n’est plus à démontrer, notamment parce que les dépenses de santé sont prises en charge dès le premier euro dépensé.

Le questionnaire de santé à remplir à l’adhésion peut cependant être un frein pour certains assurés.

Prenez rendez-vous avec nos experts en assurance!

Nous sommes là pour vous aider ! Une consultation gratuite permettra de répondre à toutes vos questions.

Ça aussi c'est intéressant :

Accepter une offre d’emploi en vue d’une expatriation peut être à la fois très tentant, et un peu angoissant. L’idée de partir à l’autre bout du monde soulève à la fois des espérances, mais c’est aussi un bouleversement important qu’il est essentiel de bien anticiper.

Menu

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.