Quelle est la différence entre une assurance vie et une assurance décès?

Sommaire

Sur le continent américain, il existe de nombreuses offres d’assurance vie et de décès, ainsi que des assurances d’invalidité et incapacité. De très nombreuses compagnies commercialisent ce type de produits dans le monde, sur un marché pesant plusieurs milliards d’euros.  

Ce type d’assurance est bien plus développé dans certains pays comme les Etats-Unis (près de la moitié des américains ont souscrit au moins un contrat de ce type) qu’en France, c’est pourquoi pour un Français, ces concepts peuvent être un peu confus, d’autant qu’ils sont souvent vendus sous forme de « produits mixtes ».

En Français on fait la distinction, mais en Anglais comme en Espagnol, ce sont des termes génériques : « Seguros de Vida » et « Life Insurance ».

En quoi consistent ces offres ? Nous vous expliquons tout en quelques lignes afin d’y voir plus clair.

Qu’est-ce qu’une assurance vie ?

L’assurance vie est une solution d’épargne. C’est un contrat qui permet de se constituer un capital produisant des intérêts. Ce contrat peut permettre à la fois d’améliorer sa retraite et de transmettre un patrimoine au bénéficiaire de son choix.

L’épargne accumulée durant la durée de vie du contrat peut être à terme perçue par le souscripteur sous forme de rente ou de capital. Si l’assuré décède, le capital du peut être versé à un bénéficiaire, à condition d’une contre-assurance décès ait été souscrite.

Il s’agit donc d’un produit financier qui peut se transmettre et présente des avantages fiscaux importants, avec des possibilités assez variées d’actifs (Sicav, SCPI, etc.).

Ce système est assez flexible quant à la disponibilité des fonds, les versements sont libres pour une durée de vie sans contraintes.

Plusieurs compagnies sont spécialisées dans la gestion patrimoniale et la fiscalité des expatriés et disposent d’une myriade de solutions dans ce domaine.

Les sommes placées sont gérées par des spécialistes de la gestion d’actifs afin d’assurer un rendement optimal des placements effectués sur le long terme.

Mais méfiez-vous des solutions pour les retraites ou autres investissements qui ne sont pas flexibles concernant les retraits et les versements : vous devez pouvoir disposer de votre capital, c’est important.

Le marché de l’assurance vie a considérablement évolué, les produits très contraignants sont devenus complètement obsolètes.

Attention aux produits très peu flexibles mélangeant les concepts ; c’est un écran de fumée !

Si le contrat est compliqué et l’utilisation très technique, cachez plutôt votre argent sous le matelas, car vous risquez de vous heurter à des conditions restrictives qui vous empêcheront de bénéficier de l’intégralité de l’épargne constituée !

Qu’est-ce qu’une assurance décès ?

Il s’agit cette fois-ci d’une solution de protection et de prévoyance, comme pourrait le proposer une assurance voiture ou une assurance habitation.

Il s’agit, pour le souscripteur, de protéger des tiers en cas de décès survenant durant la durée de garantie du contrat. L’assurance décès peut inclure d’autres garanties, comme l’invalidité ou la perte totale et irréversible d’autonomie. Que protège-t-elle ?

Elle protège la capacité productive du ou des assurés.

Dans quel contexte ?

Dans un contexte familial ou d’entreprise.

Le contexte familial est plus habituel, il s’agit de prévoir une indemnisation qui permettrait de pallier au manque de revenu suite au décès, à la perte totale et irréversible d’autonomie ou à la survenance d’une maladie redoutée du ou des adultes qui pourvoient aux finances de la famille.

De quelle manière est reversé ce capital ?

Au décès du souscripteur, les sommes dues par l’assureur peuvent être versées sous forme de capital ou de rente, par exemple :

  • D’une rente éducation pour la scolarité des enfants de l’assuré
  • D’une rente de conjoint
  • D’un capital en cas de survenance d’une maladie redoutée.

Si à la suite d’une maladie ou d’un accident, vous vous trouvez en invalidité permanente et totale (IPT), c’est-à-dire que votre invalidité est d’au moins 66%, certains contrats d’assurance décès vous verseront par anticipation le capital décès souscrit.

Mais attention, une assurance décès est un contrat dit « à fonds perdus » : si l’assuré est toujours en vie à l’issue de la période garantie, alors l’assureur ne doit rien aux bénéficiaires de la police.

Dans un contexte d’entreprise, il s’agit d’assurer la perte qui résulterait du décès ou de l’incapacité totale et permanente d’un associé ou d’une personne clef de l’entreprise. Dans ce cas-là, le souscripteur ainsi que le bénéficiaire est la société.

C’est aussi parfois une excellente solution pour ne pas que les héritiers du défunt décident de venir travailler dans l’entreprise car c’est une situation assez courante et extrêmement compliquée à gérer.

Ici, le souscripteur est aussi l’entreprise, mais les bénéficiaires sont les héritiers de l’associé. Ils recevront le capital en contrepartie des actions (parts du capital) de l’assuré qui seront réparties entre les autres associés.

Prévoyance : Les produits mixtes

On les appelle sur le continent américain, les produits universels, au Mexique aussi les produits “dotales”.

Ils sont mixtes parce qu’il s’agit d’un produit financier couplé avec une assurance décès (récupération des fonds en cas de survie, produit éducation, etc.).

Quelles sont les contraintes ?

  • Pas de flexibilité d’apport ni de retrait ;
  • Pénalités très élevées en cas de retrait prématuré des fonds ;
  • Très peu de transparence sur les placements des fonds ;
  • Impossible de savoir combien coûte la protection et combien est destiné au placement.

Il faut éviter des produits d’un autre âge

Ce sont de très vieux modèles plus du tout adapté aux besoins d’aujourd’hui, en effet qui peut dire qu’il gagnera le même salaire ou plus et ceci sans “accident” pendant 20 ans ?

La durée moyenne de souscription est de 7 ans environ, et même sur les contrats les plus courts, les pénalités sont extrêmement élevées en cas de retrait anticipé.

À éviter !

Ces produits sont les vaches à lait des compagnies d’assurance outre-Atlantique, et dans ce cas-là, l’argent que gagne la compagnie, c’est le client qui le perd !

Conseil : souscrivez une assurance vie, c’est-à-dire produit financier, avec une banque ou un organisme financier, et une assurance décès avec une compagnie d’assurance. À chacun sa spécialité, n’allez pas mélanger les concepts en un seul produit.

Prévoyance : L’incapacité professionnelle due à un problème de santé

Il existe 3 solutions pour se prémunir contre les risques d’incapacité professionnelle :

  • Incapacité totale et permanente : ce type de couverture est incluse dans la grande majorité des contrats d’assurance décès ou mixtes. Elle permet de toucher une rente ou un capital dans le cas ou l’assuré serait rendu totalement ou partiellement inapte au travail ou à l’accomplissement de certains gestes du quotidien par un accident ou une maladie.
  • Indemnisation proportionnelle : cette solution vous permettra de bénéficier d’une indemnisation proportionnellement à votre handicap ou incapacité. Il suffit de choisir un montant d’indemnité journalière (< 70% des revenus) et le tarif sera calculé en fonction de votre âge.
  • Indemnité maladies critiques : en cas de diagnostic d’une des maladies listées par la Compagnie d’Assurance (cancer, infarctus, greffe, paralysie, etc.), celle-ci versera le total de la somme assurée.

L’assurance vie et l’assurance décès sont-elles faites pour tout le monde ?

La possibilité de souscrire une assurance, et le tarif des primes dépend toujours de l’identité du futur assuré. De nombreuses compagnies appliquent ainsi des restrictions d’âge pour la souscription d’une assurance décès : souscrire quand on a atteint l’âge de 70 ans est souvent presque impossible.

Les compagnies qui commercialisent ces produits rendent obligatoire le questionnaire de santé pour tous leurs souscripteurs. Sont pris en compte :

  • L’âge
  • Le sexe
  • Les antécédents médicaux et familiaux (maladies chroniques ou antécédents lourds)
  • Le mode de vie (pratique de sports extrêmes ou dangereux, tabagisme, etc.)

Les questions posées peuvent parfois aller assez en profondeur dans la vie privée, et des examens complémentaires peuvent être exigés, par exemple des prises de sang. Mieux vaut donc s’abstenir de mentir. Les réponses recueillies ont un impact direct sur l’acceptation de la souscription par l’assureur, et sur le montant de la prime qui sera demandée : un homme de 50 ans fumeur et présentant des antécédents d’infarctus ou de cancer payera ainsi plus cher qu’une femme de 23 ans en excellente santé, car son espérance de vie sera considérée comme réduite.

Il existe donc autant de tarifs et de niveaux de couverture que de souscripteurs, et pour faire le bon choix et s’y retrouver dans un marché très diversifié, il est conseillé de faire appel à un spécialiste, surtout pour souscrire un contrat dans une autre langue que le français.

Chez Expat Assurance nous sommes à votre disposition pour répondre à vos questions concernant ces solutions qui, nous en sommes conscients, sont assez complexes pour un néophyte.

Questions fréquentes sur l’assurance vie et l’assurance décès

Qu’est-ce que l’assurance vie ?

Il s’agit d’un contrat qui permet de se constituer un capital produisant des intérêts et présentant des avantages fiscaux importants.

La disponibilité des fonds est relativement flexible et les versements sont libres.

Qu’est-ce que l’assurance décès ?

Dans le contexte familial, il s’agit d’une assurance prévoyant une indemnisation permettant de palier au manque de revenu en cas de décès d’un membre de la famille.

Dans le contexte d’entreprise, il s’agit d’assurer la perte d’un associé ou d’une personne clé de l’entreprise. L’entreprise est le souscripteur et le bénéficiaire de l’assurance décès.

Les produits mixtes sont-ils une bonne idée ?

Les produits mixtes (un produit financier couplé avec une assurance décès) présentent beaucoup de contraintes et sont à éviter.

Il est vivement recommandé de séparer les assurances et de souscrire une assurance décès auprès d’une compagnie d’assurance et souscrire un produit financier avec une banque.

Prenez rendez-vous avec nos experts en assurance!

Nous sommes là pour vous aider ! Une consultation gratuite permettra de répondre à toutes vos questions.

Ça aussi c'est intéressant :

Menu

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.