Il est essentiel d’avoir une bonne assurance santé en Suisse, car si la qualité des soins sur place est excellente, leur prix est particulièrement élevé.

Le système d’assurance santé suisse

Il existe un régime obligatoire d’assurance santé en Suisse

Le système d’assurance santé suisse peut être déroutant pour un étranger.

Il existe un régime d’assurance maladie obligatoire (LAMal), mais la couverture des assurés est gérée par des caisses maladies privées, encadrées par les autorités.

Elles ont par exemple l’obligation d’accepter toute demande d’adhésion de personnes relevant de leur zone d’activité.

Cette assurance obligatoire couvre les hospitalisations en chambre commune, la médecine générale et les médicaments prescrits, la maternité et certaines prestations sous conditions, comme les vaccinations ou la gynécologie.

Le prix des dépenses de santé en Suisse

La santé coûte cher en Suisse. Les consultations généralistes sont facturées au temps, par tranche de 5 minutes : il faudra compter environ 60 euros pour voir son médecin une vingtaine de minutes.

Même pour les personnes assurées, la facture reste importante, car les caisses maladies appliquent toutes des franchises annuelles ainsi qu’une quote-part de 10% sur les actes remboursés, une fois le plafond atteint.

Une participation journalière de 13 euros par jour d’hospitalisation est également demandée. Des plafonnements communs à toutes les caisses maladies existent pour certaines populations comme les enfants ou les femmes enceintes.

Les soins dentaires ou d’optique sont aussi très mal pris en charge par l’assurance santé suisse, alors qu’une simple visite de contrôle chez le dentiste coûte plus de 200 euros.

Sans assurance santé en Suisse, tous les frais de santé sont bien sûr à la charge intégrale du patient.

Bien choisir son assurance santé

Obligations des étrangers en matière d’assurance santé en Suisse

Il n’y a pas d’obligation de souscrire d’assurance santé en Suisse en cas de séjour touristique, et la Carte Européenne d’Assurance Maladie est acceptée et permet de bénéficier des mêmes conditions de prise en charge que les assurés locaux.

Il faudra cependant s’acquitter de ses factures avant de pouvoir être remboursé, et une participation aux dépenses sera demandée.

Tous les résidents ont l’obligation d’adhérer au régime d’assurance santé suisse, à l’exception des travailleurs détachés qui relèvent de la Sécurité Sociale française, et des étudiants déjà couverts par une mutuelle ou une assurance santé internationale.

Les travailleurs frontaliers bénéficient d’un droit d’option et peuvent adhérer au régime d’assurance santé suisse ou à la Sécurité Sociale française. L’adhésion et le choix de la caisse maladie doivent dans tous les cas être faits dans les trois premiers mois de l’installation en Suisse.

Pourquoi souscrire une assurance maladie privée ?

Souscrire une assurance santé en plus de l’assurance maladie obligatoire permet de bénéficier de meilleures garanties et de remboursements supérieurs, notamment en cas d’hospitalisation ou de soins dentaires.

Il est conseillé de privilégier un contrat international plutôt qu’une assurance santé suisse, car les garanties suivront l’assuré lors de ses déplacements professionnels à l’étranger ou de ses séjours en France.

Les assurances santé internationales permettent aussi souvent de bénéficier d’avantages comme le tiers-payant en cas d’hospitalisation dans un établissement partenaire.

Attention : tous les assureurs ne couvrent pas la Suisse, et la souscription d’une assurance santé internationale ne dispense pas d’adhérer à l’assurance maladie obligatoire.

Les solutions courantes d’assurance santé en Suisse

Il est possible de souscrire son assurance santé pour la Suisse sous la forme d’un contrat dit « au 1er euro », qui prend en charge les frais de santé à coûts réels.

C’est une solution souvent recommandée pour son bon rapport qualité-prix et sa flexibilité (de nombreuses formules sont commercialisées et il est possible d’ajouter des garanties selon ses propres besoins).

Attention : Un questionnaire médical est obligatoire et peut entraîner une majoration de cotisation ou des exclusions de garantie, notamment en cas de préexistences médicales.

Ce n’est pas le cas avec l’assurance santé CFE de base, qui prend en charge les maladies chroniques et n’exige aucun questionnaire de santé.

Mais compte tenu de ses niveaux limités de garanties et de remboursements, la CFE seule n’est pas satisfaisante en tant qu’assurance santé en Suisse. Il faut lui ajouter une complémentaire, qui appliquera les mêmes restrictions qu’un contrat au 1er euro et entraînera le paiement d’une seconde cotisation.

Mais la CFE a toujours l’avantage de permettre de retrouver ses droits automatiquement en cas de réinstallation en France.

Pour faire son choix d’assurance santé en Suisse, il est conseillé de recourir à un comparateur en ligne afin d’obtenir simplement et rapidement des devis adaptés à ses besoins et à son budget.

Prenez rendez-vous avec nos experts en assurance !