Partir vivre en Suisse en famille

partir-vivre-suisse-famille
Partir vivre en famille en Suisse a de quoi séduire. Sécurité, qualité de vie, bon système éducatif, francophonie : tous ces atouts reconnus expliquent que le pays figure toujours en très bonne position dans les classements des pays où s’expatrier avec des enfants.

Sommaire

Partir vivre en famille en Suisse a de quoi séduire. Sécurité, qualité de vie, bon système éducatif, francophonie : tous ces atouts reconnus expliquent que le pays figure toujours en très bonne position dans les classements des pays où s’expatrier avec des enfants.

Mais si la Suisse est accueillante, il faut savoir à quoi s’attendre pour préparer au mieux son installation. 

Démarches administratives

Les obligations légales pour partir vivre en Suisse en famille

Les ressortissants européens ont seulement besoin de leur passeport ou carte nationale d’identité pour partir vivre en Suisse en famille.

Mais si aucun visa n’est demandé pour s’installer sur place, le permis de travail et l’autorisation de séjour sont en revanche des obligations légales. Les enfants et le conjoint du demandeur en bénéficient également.

Le type de permis à demander dépend du contrat de travail de l’expatrié :

  • Contrats de travail de moins d’un an, ou demandeurs d’emploi : Livret L, valable 12 mois et renouvelable.
  • Contrats de travail de plus d’un an ou personnes sans activité pouvant justifier de moyens suffisants : Livret B, valable 5 ans et renouvelable.

A partir de 5 ans de résidence ininterrompue en Suisse, il est possible de demander un Livret C dont la validité est illimitée.

Autres démarches administratives utiles pour une expatriation en Suisse

Parmi les autres démarches importantes à accomplir pour partir vivre en Suisse en famille, il y a l’obligation, après 3 mois de résidence, de faire échanger les permis de conduire français contre des permis suisses, sous peine de ne plus avoir le droit de conduire dans le pays.

Il faut également se préoccuper de sa situation fiscale : partir vivre en Suisse en famille implique généralement la perte du statut de résident fiscal français. C’est alors la législation suisse qui s’impose en matière de fiscalité.

Mais certaines sommes peuvent malgré tout continuer à être dues en France. C’est par exemple le cas des taxes foncières pour les biens immobiliers toujours détenus dans l’Hexagone.

Pour être en règle, éviter tout risque de double imposition, et obtenir des renseignements plus précis, il faut penser à signaler son changement de résidence aux impôts français, et prendre rendez-vous avec un conseiller si besoin.

Partir vivre en Suisse en famille : un coût à ne pas sous-estimer

Un des pays les plus chers d’Europe

Il faut être honnête : si la Suisse est une destination particulièrement accueillante, elle arrive aussi en tête des pays d’Europe où la vie coûte le plus cher, dans tous les domaines :

  • Logement
  • Transports
  • Équipements
  • Loisirs
  • Télécommunications
  • Etc.

Bien sûr, les salaires élevés proposés dans le pays compensent en grande partie ces dépenses, et des différences importantes existent entre les différents cantons. Mais c’est un point à prendre en compte avant de partir vivre en Suisse en famille.

Ce coût est particulièrement élevé pour la santé. Si la médecine est d’excellente qualité en Suisse, une simple visite chez le généraliste donne le ton : facturée au temps, une consultation de 20 minutes coute environ 60 euros. Quand au dentiste, un contrôle est facturé environ 200 euros.

Il va sans dire qu’avec des enfants, les dépenses de santé peuvent rapidement devenir un gouffre financier.

Quelle assurance maladie pour partir vivre en Suisse en famille ?

Les expatriés ont l’obligation de s’affilier au système d’assurance maladie suisse (LaMal) dans les trois mois qui suivent leur installation dans le pays, sauf s’ils sont travailleurs détachés. Elle couvre :

  • Les frais de médecine générale
  • Les hospitalisations en division commune
  • La maternité
  • Les médicaments prescrits
  • Certains soins comme la vaccination ou la gynécologie, sous certaines conditions.

Une franchise annuelle (somme à partir de laquelle les remboursements sont déclenchés) et une quote-part (10% des dépenses à la charge de l’assuré) sont appliquées et l’assuré peut donc se retrouver avec des sommes importantes à sa charge.

Il est donc recommandé aux étrangers de souscrire une bonne assurance santé internationale avant de partir vivre en Suisse en famille. Elle ne dispense pas de l’affiliation à l’assurance maladie obligatoire, mais permet à toute la famille de bénéficier de remboursements et de services bien plus intéressants, et d’être soigné en Suisse mais aussi à l’étranger, y compris pendant les séjours en France.

Pour obtenir des offres et des devis détaillés et trouver le contrat le plus adapté, il est conseillé d’utiliser un comparateur en ligne.

La CFE propose des packs incluant l’offre de base et une complémentaire, mais il existe aussi des assurances au 1er euro très compétitives lorsqu’on souhaite partir vivre en Suisse en famille. Attention cependant : toutes les compagnies ne couvrent pas le pays. 

Scolariser ses enfants en Suisse

Une question primordiale à se poser avant de partir vivre en Suisse en famille est celle de la scolarisation des enfants. Quel que soit leur âge, il n’y a aucun souci à avoir : de l’école à l’université, le système éducatif suisse est excellent.

Les étudiants bénéficient d’une vaste gamme d’offre de formations dans les établissements du supérieur, mais certaines filières appliquent des quotas ou font passer des tests de langue et d’aptitude aux candidats. D’autres ne sont tout simplement ouvertes aux étrangers qu’à la condition qu’ils résident déjà sur le territoire suisse au moment de leur candidature (c’est le cas des études de médecine).

Pour les plus jeunes, il est tout à fait possible de suivre sa scolarité dans un des établissements francophones de leur quartier de résidence, dont le niveau d’enseignement est tout à fait satisfaisant.

Pour les parents qui préfèrent partir vivre en Suisse en famille sans que leurs enfants ne quittent le système éducatif français, il faut envisager l’inscription dans un des 5 établissements français homologués par le Ministère de l’éducation à :

  • Berne
  • Lausanne
  • Bâle
  • Genève
  • Zurich.

Ces établissements privés couvrent la scolarité de la maternelle au lycée et sont d’un excellent niveau et très prisés, mais leur inscription annuelle coute plusieurs milliers d’euros.

Prenez rendez-vous avec nos experts en assurance!

Nous sommes là pour vous aider ! Une consultation gratuite permettra de répondre à toutes vos questions.

Ça aussi c'est intéressant :

Menu

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.