Expat Assurance – Interview Isabelle Moins, CEO d’April International

Nous avons récemment eu le plaisir de recevoir dans nos bureaux Isabelle Moins (au centre), CEO d’April International Expat, avec qui nous avons abordé différents thèmes concernant l’avenir de l’assurance-santé en Amérique ainsi que l’évolution des nouvelles technologies dans l’univers de l’assurance-santé. Expat Assurance: Quel est l’avenir de l’assurance santé privée aux USA ? Isabelle Moins : Les Etats-Unis ont un système de santé qui est essentiellement basé sur des assurances privées à deux exceptions près : Medicaid, une assurance santé publique pour les plus démunis et Medicare système de solidarité nationale auquel certains peuvent avoir accès s’ils ont plus de 65 ans. L’un des inconvénients majeurs de ce système privé est son coût et l’augmentation continue de ce coût : aujourd’hui 16% du PIB des Etats-Unis est consacré aux dépenses de santé et la prime moyenne d’assurance santé a augmenté de 61 % depuis 2005 et 27 % depuis 2010. Aussi l’assurance privée ne peut continuer à se développer que si elle a la capacité de maitriser le coût des réseaux de soins. Les assureurs travaillent de façon à négocier les meilleurs coûts avec ces réseaux, afin d’éviter le plus possible l’inflation des dépenses de santé. C’est aussi ce que nous faisons chez April International Care. La maitrise de ces dépenses de santé passe également par le développement des systèmes de consultation à distance - télémédecine - qui permet aux patients de consulter plus souvent, et surtout plus en amont et par là même d’éviter des coûts de soins ou d’hospitalisation importants. Il en est de même pour le développement de politiques de prévention via des objets connectés (montres, boitiers), qui là encore permettent de mesurer l’état de santé ou l’effort physique des patients et de les maintenir en meilleure santé. EA: Comment [...]

Par |2019-04-01T16:01:25-06:008 novembre 2018|Interviews|0 Commentaires

La chiropraxie en plein essor au Mexique

Nicolas Vidal, fondateur du Centro Quiropractico Mexico Condesa, parle à Expat Assurance de comment le Mexique se tourne vers la chiropraxie, comment il retrouve les expatriés et les locaux parmi ses patients, et comment les compagnies d'assurance considèrent cette thérapie. Evolution de la chiropraxie au Mexique Q. Quelle est l'histoire derrière votre cabinet? Qu'est-ce qui vous a fait comprendre que México était le bon endroit pour le monter ? Nicolas Vidal : En terminant mes études à l’Institut Franco-Européen de Chiropraxie de Paris en 2010, j’ai eu une opportunité de travail dans une clinique chiropratique dans la ville portuaire de Veracruz, au Mexique : le Centro Quiropráctico Francés. Je suis tombé sous le charme du Méxique et 7 ans plus tard, je suis toujours là! Je ne pense pas qu’il y ait un endroit meilleur qu’un autre pour monter un cabinet de chiropracteur. Il faut se plaire ou l’on vit et construire une relation de confiance avec ses patients. J’adore la ville de México et nous avons decidé avec ma femme de nous installer à la Condesa en 2013. La réputation de la clinique a grandi peu à peu et nous avons intégré rapidement une nouvelle doctoresse, Anne Chatenet, qui se spécialise dans les traitements pour femmes enceintes et les enfants en bas âge pour un suivi chiropratique. Q. Comment pensez-vous que la compréhension de la chiropraxie a évolué parmi vos patients, aussi bien les étrangers que les Mexicains ? Vidal : Les patients américains sont déjà très habitués au suivi préventif chiropratique mensuel à cause de l’intégration de ce type de thérapie dans le système de santé américain. Les patients mexicains nous connaissent comme étant les experts en traitement manuel des problèmes de colonne vertébrale, mal de dos et tous types de problèmes orthopédiques qui ne nécessitent pas d’une intervention chirurgicale. Les [...]

Par |2019-04-01T11:40:25-06:004 janvier 2018|Interviews|0 Commentaires

Les bienfaits de la médecine sportive

En tant que spécialité médicale, la médecine sportive ne reçoit pas assez d'attention. La majorité du public n'en parle que pour savoir si Cristiano Ronaldo reviendra après une blessure. Cependant, cette science, en évolution constante, cherche à prévenir et traiter toutes maladies et blessures liées à l'exercice et à l'activité physique. Cela devrait donc nous concerner tous. Non, votre première course de 10 km ne vous tuera probablement pas, mais voir un expert avant de commencer un nouveau sport est toujours une bonne idée. Médecine sportive au Mexique Dr. Joaquin Ledesma, l'un des experts mexicains de ce domaine, explique comment la médecine sportive va beaucoup plus loin qu'on ne le pense. Il ne s'agit pas seulement d'entrainement cardiovasculaire ou physique, les médecins sportifs peuvent analyser la morphologie des patients, leur nutrition, et considérer comment les conditions préexistantes doivent être abordées. «La médecine du sport ne vise pas seulement les personnes qui s'intéressent à l'activité physique pour préserver leur santé ou qui pratiquent déjà un sport dans un milieu professionnel ou amateur, mais aussi celles qui souffrent de pathologies chroniques comme l'hypertension, le diabète ou l'obésité », explique Dr Ledesma. «Les personnes blessées à la suite d'une activité physique ou qui ont subi une intervention chirurgicale peuvent également être aidées. La médecine sportive est conçue pour les personnes de tout âge», ajoute-t-il. Dr Ledesma en sait long sur le sujet. Ancien médecin-chef de Club America, l'un des principaux clubs de football du Mexique, il a dû soigner certaines des légendes du sport. En 2000, Cuauhtemoc Blanco, vedette du Mexique, à la suite d'un tacle lors d'un match contre Trinité-et-Tobago, se déchire son ménisque et son ligament croisé antérieur. Il a mis huit mois pour retourner sur le terrain mais il a toujours remercié le Dr Ledesma pour ses [...]

Par |2017-11-23T14:40:58-06:009 novembre 2017|Interviews|0 Commentaires