Jérémie Le Pévédic, fondateur de l’agence de relocation Expat.cl et président de Santiago Accueil, répond aux questions d’Expat Assurance concernant l’entreprenariat et la santé des expatriés.

Qu’est-ce qui vous a amené au Chili et comment vous êtes-vous impliqué avec Santiago Accueil ?

Je suis arrivé au Chili début 2015 avec pour objectif de monter une plateforme de vente en ligne regroupant tous les produits naturels pour la santé. Par la suite, j’ai développé Expat.cl, une agence de relocation, et Bretagne Propiedades, une agence immobilière assistant les étrangers dans leurs recherches immobilières.

Je me suis tout d’abord impliqué aux cotés de la responsable communication de Santiago Accueil, en organisant des rendez-vous en soirée pour permettre aux jeunes de se retrouver après le travail. En effet, la plupart des activités ayant lieu en journée, nous avions du mal à fédérer les personnes qui travaillent. En mars 2017, j’ai pris le poste de président, afin d’aider à redynamiser l’association. Nous avons notamment célébré nos 25 ans et édité la deuxième édition du Santiaguito, un guide de 200 pages en français dédié à l’installation au Chili !

Le Chili a la réputation d’être parmi les destinations les plus favorables aux entreprises en Amérique latine. Cette opinion est-elle partagée par les entrepreneurs français et les expatriés à Santiago ?

Effectivement, le Chili jouit d’une bonne réputation auprès des entreprises. Elle est justifiée : le Chili figure en première position des pays d’Amérique latine dans le classement Doing Business 2018. Avec seulement 17 millions d’habitants, ce petit pays attire beaucoup d’entreprises étrangères qui tirent parti de la stabilité du pays pour en faire leur hub régional.

Les entrepreneurs partagent ce constat : la création d’entreprise est facilitée et peut en théorie se faire en une journée via le site tuempresaenundia.cl. Dans les faits, il faut compter 2 ou 3 jours, le temps de faire les démarches auprès d’un notaire. Les dépôts de marques et de noms de domaine peuvent également se faire simplement et entièrement en ligne.

Le point négatif concerne le système bancaire. Il peut parfois être difficile d’ouvrir un compte en banque. Les banques chiliennes ont en effet tendance à vouloir octroyer systématiquement une ligne de crédit avec chaque compte, et refusent donc d’ouvrir un compte à tout personne ou entreprise qui ne peut démontrer des revenus récurrents.

Quels services peut fournir Santiago Accueil aux nouveaux arrivants à Santiago ainsi qu’aux résidents à long terme ?

Santiago Accueil a fêté ses 25 ans en 2017. L’association fait partie de la FIAFE, la Fédération Internationale des Accueils Français et francophones d’Expatriés, qui compte aujourd’hui plus de 220 accueils dans 90 pays du monde !

L’objectif de l’association est de faciliter l’arrivée des Français et francophones à Santiago, notamment des conjoints d’expatriés qui peuvent se sentir seuls s’ils ne travaillent pas. Nous les aidons à recréer leur réseau, en organisant un café mensuel où les membres se retrouvent. Sont également au programme des activités quotidiennes (visites de musée, randonnées, chorale, atelier cuisine). Les nouveaux disposent d’un café qui leur est dédié, et Santiago Accueil anime également un atelier de recherche d’emploi pour celles et ceux qui souhaitent (re)trouver un emploi.

Les résidents à long terme ont en général tissé leur réseau d’amis, et ne représentent donc pas la majorité des membres de Santiago Accueil. Nous les accueillons bien sûr avec plaisir et sommes toujours très heureux de voir revenir des familles après quelques années.

Outre Santiago Accueil et l’ambassade, quels groupes existent pour aider les francophones ?

L’Union des Français du Chili est la plus ancienne association francophone au Chili. Elle réunit les Français résidents ou de passage au Chili, et les partisans de la culture française. Cette association organise des soirées thématiques mensuelles pour animer la communauté.

Pour les entrepreneurs, plusieurs initiatives existent. 2016 a vu la création de NetMentora, l’antenne au Chili du Réseau Entreprendre, qui propose du mentoring et des prêts d’honneur aux entrepreneurs souhaitant faire grandir leur activité. Santiago a également reçu le label French Tech en 2016.

Comment fonctionne le système de santé chilien pour les étrangers ?

Le Chili possède un système de santé moderne mais cher. Il convient donc d’avoir une bonne couverture santé. Les salariés en contrat local doivent cotiser à la FONASA (système public) ou à une ISAPRE (système privé). Les deux systèmes ne sont pas complémentaires comme en France, il faut choisir l’un ou l’autre.

Les entrepreneurs et les dirigeants d’entreprises non-salariés ne sont pas tenus de cotiser à l’un des deux régimes, et souscrivent en général à une assurance privée internationale. Les étrangers salariés en contrat local au Chili peuvent également le faire à condition de justifier d’une couverture santé dans leur pays d’origine. Dans les faits, seul un petit nombre le fait car les ISAPRE proposent un bon niveau de couverture.

Comment le marché chilien est-il servi, d’après votre expérience, par les compagnies d’assurance françaises (April, ASFE, autres) ?

Le marché potentiel pour les assurances santé privées est assez réduit, car il concerne principalement les entrepreneurs et dirigeants non-salariés. Aucune compagnie d’assurance française n’est donc présente en direct au Chili.

Plusieurs gérants de patrimoine (indépendants, ou représentant un cabinet français) sont présents à Santiago, et assistent les expatriés dans l’optimisation de leur patrimoine aux expatriés. Ils proposent en général également une offre sur la santé, en distribuant les assurances des compagnies françaises, ASFE notamment.

Y a-t-il beaucoup de professionnels de la santé francophones à Santiago, Valparaiso et dans d’autres grandes villes ?

Il existe une quinzaine de professionnels de santé français basés à Santiago et inscrits sur la liste de notoriété médicale de l’ambassade de France. En province, on en compte seulement quelques-uns. Cependant, dans la plupart des cliniques privées, il est possible de trouver un professionnel de santé parlant français. Si vous ne parvenez pas à trouver un spécialiste dans une discipline donnée, n’hésitez pas à contacter Santiago Accueil.