La couverture des thérapies alternatives par les systèmes de santé publique ou les compagnies d’assurance privées est un sujet controversé. Ce débat dure depuis longtemps.

Dans cet article, nous mettons ce débat de côté pour nous concentrer sur le côté pratique. Si vous recevez une thérapie alternative, pouvez-vous être remboursé ? Et si oui, comment et de combien ?

Quelles thérapies sont remboursées ?

Tout d’abord, il est bon à savoir que parmi les nombreuses thérapies alternatives sur le marché, seuls certaines peuvent être remboursées. Cigna, dans ses polices d’assurance internationales, ne rembourse que l’homéopathie, l’acupuncture et la médecine traditionnelle chinoise. MSH est plus généreux. Toutes consultations de kinésithérapie, d’ostéopathie et de chiropratique ne sont pas vues comme des traitements alternatifs, mais comme de la médecine courante.

Rémy Bellet, responsable de courtage international chez April, explique que « les médecines « alternatives » sont choisies en fonction de ce qui est négocié avec l’assureur. Ce n’est pas basé sur des critères de sélections fixes. Il n’existe pas une règle, mais plutôt des habitudes. Ce qui est sûr, c’est que la liste est exhaustive. Il n’y a pas de possibilité de changer client par client la liste des pratiques. En revanche, en revue d’un millésime, on peut proposer des nouvelles médecines. »

Ici, nous nous concentrerons sur l’homéopathie, la thérapie alternative la plus répandue en France et dans beaucoup d’autres pays.

Succès de l’homéopathie

L’Organisation mondiale de la santé recense l’utilisation intensive de l’homéopathie dans plus de 80 pays, y compris, la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Dans tous ces pays, son remboursement est commun. Pourquoi cet engouement parmi les assureurs ?

« Le secret de l’homéopathie tient à son effet placebo », estime Luojin Lyu, un médecin et auteur renommé en Chine, et vivant en Suisse. Comme médecin, Lyu a travaillé en Chine, au Japon et aux États-Unis.

Selon lui, le rapport qualité-prix de l’homéopathie peut être attrayant pour les assurances. « Le coût médical de l’homéopathie est extrêmement faible. Si un enfant a de la fièvre et a besoin d’une assistance médicale d’urgence aux États-Unis, il faudra au moins débourser 600 dollars, alors qu’avec 20 dollars, on peut acheter un paquet de pilules homéopathiques au supermarché » dit-il.

Cependant, les compagnies d’assurance ne seront peut-être toujours libres de choisir. L’attitude de Lyu Luojin a effrayé ceux qui pensent que le coût financier d’un traitement ne devrait pas avoir d’importance dans les pays ayant un système de santé publique. En Allemagne, le gouvernement a débattu d’une interdiction pure et simple de rembourser l’homéopathie, y compris un haut responsable estimant que les assureurs devraient être « interdits de payer pour l’homéopathie ».

Pour le moment, cependant, la plupart des compagnies d’assurance internationales continuent de rembourser l’homéopathie, que ce soit pour sa popularité ou autre.

Comment se faire rembourser pour l’homéopathie ?

Bien qu’il y’ait régulièrement des débats autour du mérite de l’homéopathie, les assurances santé ont mis en place des conditions efficaces pour son remboursement.

Tout d’abord, les patients ne peuvent pas espérer aller chez n’importe quel médecin. Bien que certains médecins généralistes s’intéressent au sujet, il est plus recommandable d’aller voir des homéopathes assermentés.

Pour être remboursé par la Sécurité sociale, par exemple, “il est recommandé de s’adresser à un praticien conventionné. Le taux de prise en charge en ce cas est de 70%, sur la base de 23€. Le remboursement de la mutuelle vient en complément.”

“Il est à noter que les dépassements d’honoraires sont fréquents. Sur une consultation de 40€, seul 70% de 23€ seront remboursés. La complémentaire santé est donc importante.”

Pour les compagnies d’assurance privées, le choix du traitement homéopathique ne peut pas venir du patient seul, cela doit être recommandé par un médecin.

Les compagnies d’assurance santé ont établi des conditions bien précises pour le remboursement de l’homéo-thérapie.

Par exemple, MSH prend en charge les sessions d’acupuncture, d’homéopathie et de médecine traditionnelle chinoise jusqu’à 10 séances par an.

Pour Cigna, les patients sont couverts jusqu’à un nombre maximum de 15 visites par période de couverture au niveau le plus élevé (Platinum).

April offre de 1000 à 2000 euros par an pour des consultations auprès d’ostéopathes, homéopathes, étiopathes, chiropracteurs, acupuncteurs et phytothérapeutes

D’autres remboursent mais seulement dans certains pays. Assur Travel offre des prises en charge allant de 240 à 1,600 euros par an pour le bloc de traitements suivant : ostéopathie, chiropratique, acupuncture, homéopathie, médecine traditionnelle chinoise

Mais ces assureurs sont très clairs sur les conditions de ces traitements.
Cigna explique que « nous prendrons en charge le traitement dispensé par des kinésithérapeutes et autres thérapeutes ; (acupuncteurs, homéopathes et praticiens de médecine chinoise) si ces thérapies sont recommandées par un spécialiste pendant le séjour à l’hôpital de l’assuré dans le cadre d’une hospitalisation ou de soins de jour (mais qui ne sont pas le traitement principal qu’ils doivent recevoir à l’hôpital). »

Comme vous le voyez, de nombreux contrats d’assurance santé prennent en charge l’homéopathie. Si ce traitement vous tient à cœur, un courtier d’assurances, comme Expat Assurance, peut vous aider à trouver l’option qui vous convient le mieux.