Pourquoi le coût de la santé continue d’augmenter en Amérique latine

Le renouvellement d’une police d’assurance santé année après année peut être douloureuse.

À l’approche de 2018, Expat Assurance a pensé qu’il serait intéressant d’expliquer pourquoi cela se produit. Nos clients peuvent sentir de la frustration envers les compagnies d’assurance lorsque les prix augmentent, mais ces décisions ne sont pas prises à la légère.

Coût santé Amérique Latine assurance expatriés

POURQUOI ?

Comment calcule-t-on le tarif d’une assurance Santé ?

Il s’agit d’une équation entre les risques pris en charge par le contrat d’assurance (énoncés dans le tableau des garanties et détaillés dans les conditions générales) et les prévisions de sinistralités ou de dépenses.

A chaque lancement de nouveau produit, les compagnies d’assurance se basent sur leurs expériences antérieures pour établir les critères précédemment mentionnés, d‘ou l’importance de souscrire un contrat chez un assureur expérimenté et spécialiste.

Important : Il faut donc être très prudent, des solutions peu chères peuvent cacher une stratégie d’appât et à moyen terme la disparition pure et simple du produit ou l’explosion de ces prix.

L’autre point clef c’est le volume d’affaire, une petite compagnie sera beaucoup plus vulnérable à des sinistres très couteux qui mettront en péril leurs solutions alors qu’une grande compagnie gérant de grands volumes peut mutualiser ses résultats sur des milliers de contrats.

D’où viennent donc les augmentations ?

Nous venons de voir qu’elles sont donc liées à la sinistralité du produit, c’est à dire aux dépenses faites par l’ensemble des assurés.

Bien sûr, plus nous sommes âgés, plus fréquentes et élevées sont les dépenses, les primes augmentent donc assez logiquement avec l’âge (les cinq dernières années de vie représentent 50% des dépenses totales de santé).

Important : Attention ! Toutes les assurances ne proposent pas des produits viagers, il faut donc être très prudent, certaines d’entre elles annulent les contrats à 65 ou 70 ans.

Dans ce cas, ne prenant donc pas en compte les risques majeurs de sinistralité dus à la vieillesse, leurs tarifs seront plus attractifs !

Coût santé Amérique Latine assurance expatriés

L’autre raison concerne la hausse des coûts des soins de santé à tous les niveaux, plusieurs critères rentrent en jeu.

En effet, sur le continent Américain, nos assurés vont exclusivement dans le secteur privé qui n’est soumis à aucune régulation tarifaire contrairement à ce qui se passe en France ; les médecins appliquent donc les honoraires de leur choix, les hôpitaux en font de même, ce qui nous amène à des coûts jus-qu’à 15 fois plus élevés qu’en France et à des augmentations dépendantes du bon vouloir des professionnels de la santé.

Nous notons aussi une surconsommation des actes médicaux, notamment des césariennes (dont nous avons parlé dans notre guide pratique sur la maternité), des résonances magnétiques, des consultations de spécialistes (du fait qu’il n’est pas nécessaire de visiter en premier lieu un généraliste)…

Conséquences macro-économiques

Il faut aussi comprendre les contextes locaux et comment les situations économiques nationales peuvent affecter les primes d’assurance santé.

Par exemple, les plus grandes économies d’Amérique Latine font face à une inflation croissante, 3,58% pour le Brésil contre 5,91% au Mexique en 2017. Les deux ont vu leurs monnaies glisser contre le dollar américain, augmentant les prix des importations médicales. De début 2016 à début 2017, le peso mexicain s’est déprécié de 18,3% par rapport au dollar.

Cette dernière raison, en particulier, peut expliquer les coûts de l’assurance en Amérique latine qui dépassent l’inflation. Les compagnies d’assurance utilisent ces augmentations comme un moyen non seulement de compenser les coûts d’aujourd’hui, mais aussi de se prémunir contre de futures hausses.

Enfin, les deux pays présentent des styles de vie similaires qui aussi contribuent à ce que le coût de la santé monte en flèche. Dans le rapport, 2017 Global Medical Trend Rates, publié par le cabinet de conseil Aon Hewitt, quelques problèmes familiers deviennent évidents.

En 2016, le Mexique a enregistré une hausse de 5,2% des dépenses de santé, qui devrait atteindre 5,4% en 2017. Au Brésil, la situation s’est encore aggravée, les dépenses de santé augmentant de 8,1% contre une inflation de 2,9%.

Les problèmes de santé qui affectent le monde entier sont particulièrement graves en Amérique Latine, à savoir l’obésité, un mode de vie sédentaire, les maladies cardiovasculaires et le cancer. Ces conditions représentent de manière disproportionnée la majorité des visites médicales, liées à l’hypercholestérolémie, l’obésité, l’hypertension, le stress et le manque d’activité physique.

Monica Ham, directrice adjointe du secteur des réclamations et des avantages sociaux pour les employés à Aon au Mexique, a blâmé les «mauvaises décisions prises par des personnes liées à leur style de vie, notamment … la consommation de tabac, les régimes alimentaires malsains, l’inactivité physique et l’alcool.  »

COMMENT ?

La responsabilité personnelle est certes importante, mais les choix auxquels font face les consommateurs au Mexique et au Brésil ne sont pas les mêmes que ceux en France ou aux États-Unis.

Environ 14% des adultes mexicains souffrent de diabète et 64,4% de la population est en surpoids. En France, cela tombe à 5.4% et 40%. Trop élevé mais nettement mieux.

Il est trop facile de reprocher aux gens leurs choix. Des campagnes publiques de nutrition, l’exercice physique dans les écoles, des espaces verts, du temps pour se détendre, sont tous plus présents dans les économies développées. Prenons l’exemple de Mexico.

Coût santé Amérique Latine assurance expatriés

Les Français ont une semaine de travail de 35 heures, les Mexicains travaillent en moyenne 43 heures, le plus dans l’OCDE. À Mexico, le temps de trajet moyen pour se rendre au travail est de 81 minutes, ce qui laisse peu de temps pour faire de l’exercice. Dans les écoles, l’importance de l’éducation physique est minime, seulement 33% des enfants déclarant pratiquer régulièrement un sport. L’insécurité dans la capitale mexicaine est aussi une tare, qui est loin d’être aussi répandue dans les villes françaises.

Cette multitude de problèmes contribue à la hausse des coûts des soins de santé et continuera de le faire à moins que des mesures importantes ne soient prises pour y remédier. Et là où les coûts de santé montent, les coûts de l’assurance santé suivront.

Chez Expat Assurance, nous cherchons toujours la solution d’assurance santé la plus adaptée aux besoins de nos clients. Nous travaillons avec des compagnies d’assurance réputées et nous vérifions que leurs prix ne grimpent pas de manière déraisonnable. Mais nous comprenons que le renouvellement chaque année est désagréable, même s’il est toujours nécessaire.

par Benoit Larrouquis, Fondateur, Expat Assurance.

Par |2017-12-15T12:58:46-06:0014 décembre 2017|Editorial|2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Susana Vasquez 15 décembre 2017 at 5:19 - Reply

    Merci pour ces explications. Il est vrai que l’augmentation des cotisations est très dure à accepter. Surtout, quand la qualité des services médicaux au Mexique, par exemple, n’est pas à la hauteur des tarifs imposés.
    Dans l’ensemble, l’offre d’Expat Assurance est satisfaisante. Mais le besoin d’être bien assuré à l’étranger nous pousse à demander toujours plus d’efforts. Notamment, sur la mutualisation des milliers de contrats, l’un des point clef mentionnés dans cet article (éditorial de la Newsletter de Décembre 2017).
    Je tiens à vous féliciter pour cette première newsletter. J’attends le lancement du blog avec curiosité. Joyeux Noël et Bonne Année à toute l’équipe EXPAT ASSURANCE.

    • Expat Assurance 16 décembre 2017 at 6:10 - Reply

      Merci Susana pour vos encouragements. En effet, la mutualisation et le contrôle des risques sont les points cruciaux pour la survie des assurances santé dans des espaces médicaux complètement privés.
      Bien que parfois l’équilibre est difficile à gérer; La loi Obama Care en est un bon exemple, si les gouvernements ne s’investissent pas comme c’est le cas en France dans le contrôle tarifaire, les compagnies d’assurance auront du mal à suivre malgré de gros volumes d’assurés.

Laisser un commentaire