Comment choisir la meilleure assurance pour un expatrié ?

meilleure-assurance-expatrie

Sommaire

Choisir la meilleure assurance pour un expatrié n’est pas chose facile, mais c’est indispensable pour faire face sereinement aux soins ordinaires comme aux imprévus.

Il existe une multitude de possibilités, et le meilleur choix dépendra de la situation de chacun.

Explications.

Bien connaître ses besoins pour choisir la meilleure assurance pour expatrié

Pour choisir la meilleure assurance, un expatrié doit se poser les bonnes questions et prendre en compte quelques points essentiels.

Des systèmes de santé très différents à travers le monde

Connaître le système de santé, les tarifs ainsi que la qualité des soins du pays d’expatriation est déterminant pour choisir la meilleure assurance. Certains pays sont connus pour des tarifs très élevés, ou pour un système public de santé défaillant nécessitant le recours systématique à des établissements privés plus chers pouvant exiger une garantie de paiement comme la carte d’assuré avant toute prise en charge.

Dans de rares cas, un régime obligatoire peut s’imposer à tous les résidents et salariés du pays : dans ce cas, il faudra étudier les garanties offertes et envisager de souscrire une complémentaire pour être bien couvert.

Choisir la meilleure assurance expatrié selon ses besoins

Pour choisir la meilleure assurance, un expatrié doit aussi tenir compte de sa situation individuelle :

  • Antécédents médicaux ou maladie chronique susceptibles de générer une exclusion de garanties
  • Demande de visas ou d’inscription dans un établissement scolaire nécessitant la souscription d’une assurance selon des critères précis
  • Prise en charge de l’assurance maladie par l’entreprise du salarié expatrié mais sans prise en charge de certaines garanties comme le rapatriement

À chaque situation ses problèmes spécifiques.

Enfin, la durée de l’expatriation influent aussi sur le choix de la meilleure assurance pour un expatrié : des séjours fréquents en France, un retour anticipé, la retraite ou une maternité à venir ne concernent pas tous les expatriés, et ne sont pas tous pris en charge par les assurances.

Les assurances « au premier euro »

Des offres prisées par les expatriés

Les assurances dites « au premier euro » ou « au premier dollar » sont les plus fréquemment choisies par les expatriés.

Comme l’indique leur nom, elles prennent en charge les frais de santé dès le premier euro dépensé, et offrent une gestion simplifiée : la souscription se fait auprès d’une seule société qui gère l’ensemble des échanges et des remboursements.

Ces assurances sont proposées par des compagnies spécialisées dans l’assurance internationale pour expatriés, et incluent la prise en charge des rapatriements ou des soins reçus hors du pays de résidence.

Le choix est large en matière de garanties et de tarifs. Cette flexibilité permet d’adapter sa couverture maladie à sa situation réelle.

Ces assurances santé ont aussi pour la plupart des partenariats locaux avec des réseaux de soins qui permettent d’offrir certains avantages à l’assuré, comme la dispense d’avance de frais en cas d’hospitalisation, des remboursements plus rapides ou des tarifs négociés.

Attention au questionnaire médical

Parmi les inconvénients des offres au premier euro, on signalera surtout la rupture de lien avec l’Assurance Maladie, qui nécessitera des démarches de la part de l’assuré lors de son retour en France pour sa réaffiliation, ainsi que l’existence d’un questionnaire de santé qui peut générer un surcoût ou une exclusion de garanties, voire un rejet au moment de l’adhésion en cas de préexistences médicales.

Mais compte-tenu de leur flexibilité et des services proposés, les assurances au premier euro représentent malgré tout un très bon rapport qualité/prix dans la majorité des cas.

La CFE et ses complémentaires

Une assurance pour tous les expatriés

La Caisse des Français de l’Étranger est l’organisme historique d’assurance pour les expatriés français. C’est un organisme de droit privé chargé d’une mission de service public, placé sous la tutelle de l’État.

L’adhésion n’y est pas obligatoire, mais la CFE ne peut la refuser et n’applique pas de surprime puisqu’elle ne fait pas remplir de questionnaire médical.

La CFE est indépendante de la Sécurité sociale, mais l’assuré bénéficie d’une réaffiliation simplifiée à l’Assurance Maladie à son retour en France, et peut continuer à cotiser pour sa retraite s’il adhère à l’assurance vieillesse de la CFE.

Les complémentaires pour améliorer des remboursements souvent insuffisants

Moins flexible que les assurances au premier euro, la CFE rembourse les frais de santé selon le barème et les plafonds de la Sécurité sociale. Seule, elle n’est donc pas la meilleure assurance pour un expatrié qui vit dans un pays où les soins coûtent plus cher qu’en France.

Il faut alors souscrire une complémentaire à la CFE auprès d’une compagnie privée, sur le principe d’une mutuelle, pour pouvoir bénéficier de remboursements corrects et conformes aux tarifs du pays de résidence, ou pour profiter de garanties plus larges, comme l’assurance rapatriement.

Cette solution complexifie les démarches administratives en ajoutant un interlocuteur, et implique de payer une seconde cotisation.

Les solutions locales

L’adhésion à une assurance locale, qu’il s’agisse d’un régime obligatoire ou d’une couverture fournie par l’employeur, sera parfois le meilleur choix.

Mais dans grande majorité des cas, cette option ne sera intéressante qu’en souscrivant une complémentaire privée, et l’assuré ne sera pas couvert lors de ses déplacements hors du pays d’expatriation.

Prenez rendez-vous avec nos experts en assurance!

Nous sommes là pour vous aider ! Une consultation gratuite permettra de répondre à toutes vos questions.

Ça aussi c'est intéressant :

Menu

Voir les tarifs en 2 clics !

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.