Les Français qui ont pour projet de s’expatrier se demandent souvent comment s’assurer pour partir à l’étranger. La question est particulièrement complexe en matière de frais de santé.

Habitués au régime obligatoire de Sécurité sociale, nous nous retrouvons en effet souvent démunis lorsque nous devons faire un choix entre différentes solutions d’assurance maladie. Vous trouverez ici quelques conseils pour vous y retrouver.

Est-il obligatoire de s’assurer pour partir à l’étranger ?

Du point de vue du droit français, aucune obligation de s’assurer ne pèse sur les personnes qui font le choix de partir s’installer à l’étranger. Une fois résident d’un autre pays, un Français expatrié est soumis à la législation locale.

Dans certains pays, en Europe principalement, il existe un régime obligatoire d’assurance maladie, sur le même principe que la Sécurité sociale française.

D’autres pays imposent à tous leurs résidents ou salariés, de souscrire une assurance privée.

Dans de nombreux pays non-européens enfin, il n’existe aucune obligation de se doter d’une couverture de santé.

Peut-on être couvert par la Sécurité sociale quand on part à l’étranger ?

Pour les résidents français qui partent en vacances à l’étranger, les frais médicaux peuvent être en partie pris en charge par la Sécurité sociale, sous certaines conditions.

En revanche, pour les Français expatriés, c’est-à-dire ne résidant ni ne travaillant plus en France, il n’existe aucune couverture possible par la « Sécu ».

Y a-t-il une assurance maladie publique pour les Français qui vivent à l’étranger ?

Non, aucun organisme d’État ne propose de couverture santé pour les expatriés français. Il existe cependant un organisme de droit privé placé sous tutelle de l’État et chargé d’une mission de service public : la CFE (Caisse des Français de l’Étranger).

La CFE offre aux expatriés la possibilité de bénéficier d’une couverture de base pour leurs frais de santé à l’étranger. Son système de financement et de cotisations est différent de celui de la Sécurité sociale. En effet, la CFE n’est financée que par ses adhérents et ne reçoit aucune aide de l’État.

En revanche, les remboursements suivent les mêmes barèmes et sont indexés sur le coût des soins en France.

La CFE est-elle suffisante pour s’assurer pour partir à l’étranger ?

La plupart du temps, la réponse à cette question est non. En effet, dans de nombreux pays, les remboursements de la CFE sont largement insuffisants par rapport au coût réel des soins. C’est par exemple le cas aux États-Unis, où les frais de santé sont largement supérieurs à ceux pratiqués en France.

Cela est moins vrai dans les pays africains par exemple, où les remboursements de la CFE peuvent suffire.

Existe-t-il des assurances complémentaires à la CFE ?

Oui. A l’image des mutuelles en France, il est possible de souscrire une complémentaire CFE pour bénéficier de meilleurs remboursements voire de garanties étendues, comme une assurance rapatriement.

Y a-t-il d’autres solutions que la CFE pour s’assurer quand on part s’installer à l’étranger ?

Oui : les assurances au premier euro. Ce type d’assurances maladies dispense d’adhérer à la CFE qui, rappelons-le, n’est pas obligatoire. Elles prennent en charge les frais de santé dès le premier euro dépensé.

De nombreuses compagnies spécialisées dans l’assurance maladie pour expatriés proposent ce type de contrat. Elles ont souvent mis en place des partenariats avec des réseaux de santé bien implantés dans les pays qu’elles couvrent.

Les assurances au premier euro sont généralement la meilleure solution pour s’assurer pour partir à l’étranger, car elles offrent une grande flexibilité, un bon rapport « qualité/prix » et des services plus adaptés aux expatriés que la CFE ou les assurances locales.